Nos marques

Charte des bonnes pratiques

 

Une démarche volontaire

Adel 32 - une démarche volontaireLa Charte est une démarche pour aider les éleveurs à progresser dans leurs pratiques et à répondre aux attentes de leurs partenaires et des citoyens. L'adhésion se fait sur une base volontaire et individuelle. En adhérant à la Charte, chaque éleveur de bovins prend 6 engagements essentiels :
1. Assurer la traçabilité des animaux de son exploitation
2. S’assurer de la santé de son troupeau
3. Fournir une alimentation saine, équilibrée et suivie à ses animaux
4. Pour les élevages laitiers : protéger la qualité du lait par une hygiène rigoureuse
5. S’assurer du bien-être des animaux et veiller à la sécurité des personnes travaillant sur l’exploitation ou intervenant ponctuellement auprès des animaux ;
6. Participer à la protection de l’environnement

 

Elle implique pour l’éleveur qui signe la Charte le respect de critères précis qui lui permettent bien souvent d’anticiper la réglementation.

Un dispositif d’audits permet de s’assurer du bon fonctionnement du dispositif à tous ses échelons (élevages, organismes d’accompagnement/entreprises, animation régionale et nationale).

 

 

Une charte qui évolue dans le bon sens

  • Lancée en 1999 au Salon de l’Agriculture, pour s’assurer de la qualité de ses pratiques, la charte a évolué d’annéeen année. En 2003, la charte intègre la réglementation sur le registre d’élevage et l’émergence de l’agriculture raisonnée.

  • La version 2007 a été conçue pour prendre en compte la nouvelle réglementation du Paquet Hygiène, la volonté des éleveurs de veaux d’intégrer le dispositif et les exigences liées à la conditionnalité des aides PAC.

  • La version 2012 va plus loin en restant accessible au plus grand nombre d’éleveurs. Les bonnes pratiques liées à la sécurité des produits demeurent l’objectif premier de la Charte. Dans la nouvelle version, les bonnes pratiques de santé animale et le lien à la qualité des produits sont réaffirmés et renforcés.

  • Sécuriser l’éleveur dans ses interventions (manipulation des animaux, traite…), assurer la sécurité des intervenants, faire le bilan des dangers sur son exploitation…autant d’attentions au sujet desquelles les adhérents à la Charte sont désormais sensibilisés et s’engagent.

  • La protection de l’environnement a pris une place prépondérante dans les débats sur l’agriculture. La nouvelle Charte met en avant les pratiques fondamentales des éleveurs sur les paysages, la biodiversité, la protection de la ressource en eau en qualité et quantité, la gestion des déchets, l’énergie et les gaz à effet de serre. Elle constitue ainsi un premier pas pour ceux qui seraient intéressés par la certification Haute Valeur Environnementale.

  • Aujourd’hui s’engager dans la Charte c’est aller au devant des attentes des filières et du grand public sur la sécurité des produits, la sécurité des personnes, le bien-être animal et la protection de l’environnement.