Les éleveurs

Le métier

 

Même s'ils sont généralement peu loquaces, il n’est pas difficile de comprendre, à leur contact, que ces hommes, ces femmes, adorent leur métier. Il est vrai que, la plupart du temps, ils sont tombés dedans quand ils étaient petits, les exploitations étant souvent familiales, transmises d’une génération à l’autre.

 

dugros--tripl--vic-webDès le plus jeune âge donc, à suivre le père, le grand père à l’étable et dans les prés, à regarder, écouter, comprendre, et puis, cet honneur insigne, aider. Prendre peu à peu une place, la sienne, dans la famille, comme dans le travail, qui se fait ensemble, chacun à son rang de naissance dans une dynastie d’éleveurs. Un jour, cette ferme, le fils, la fille, la reprendront. Mais, d’ici là, qui sait ils auront peut-être des enfants à leur tour. Et les choses pourront se poursuivre comme elles ont déjà duré jusqu’ici. Après tout, pourquoi pas, maintenant que bien des vertus semblent à redécouvrir dans des modèles qui ont pu paraître, un temps, dépassés.

Alors  que le système productiviste des années soixante se révèle dans une certain nombre d’absurdités, les savoir-faire traditionnels se présentent comme de très intéressantes alternatives, garantes de qualités.

 

Le métier de ces éleveurs est complet, complexe. Il consiste à faire naître et élever, sur leur exploitation, des animaux qu’ils mèneront à une qualité de viande exceptionnelle.

 

L’éleveur sera un soigneur très attentif, capable d’interpréter les moindres symptômes, voire de les anticiper. Un mal avéré peut venir compromettre irrémédiablement la qualité du produit ou le délai, l’une n’allant pas sans l’autre. L’éleveur prend donc maintes précautions avec ses bêtes. Il les surveille en permanence.

 

Cette vigilance de tous les instants implique un rapport très particulier chez l’animal, fait d’observation, d’attention et, par la force des choses, d’affection. Cet attachement est d’ailleurs indispensable. Les veaux sont farouches et la vache nourrice n’admet pas si facilement une présence humaine quand elle est avec son veau. Il faut que l’éleveur sache se faire accepter de ces animaux, son rôle est de veiller à leur bonne relation car c’est là que réside le secret de sa production.